Politique intérieure

Le Liechtenstein est une principauté héréditaire.

1342 : création du Comté de Vaduz

1719 : le Liechtenstein devient une Principauté d’Empire

1805 : le Liechtenstein devient Etat souverain

1924 : Union douanière avec la Suisse, introduction du Franc Suisse

1960 : participation à l’AELE dont le Liechtenstein devient membre à part entière en 1991

1990 : adhésion à l’ONU

1995 : le Liechtenstein rejoint l’Espace Economique Européen (EEE)


L’actuel chef de l’Etat est le Prince Hans Adam II depuis 1989. En 2004, il a nommé son fils, le Prince héritier Aloïs, comme son représentant permanent disposant de tous les pouvoirs.

Le Liechtenstein est une monarchie constitutionnelle. La Constitution de 1862 a été remplacée par un nouveau texte en 1921, plusieurs fois amendé depuis.

Une réforme constitutionnelle, approuvée en 2003 par 64,3 % des votants, a étendu les pouvoirs du souverain. Celui-ci a la faculté de dissoudre le Parlement et de s’opposer à une loi. Disposant de la possibilité de révoquer le gouvernement, il nomme les juges et a la possibilité d’instaurer des mesures exceptionnelles en cas de nécessité. Le peuple peut cependant abolir à tout moment la monarchie par référendum à la majorité des 2/3.

Le pouvoir législatif est détenu par un parlement unicaméral de 25 membres élus au suffrage universel direct à représentation proportionnelle. Les dernières élections ont eu lieu en février 2013 ; elles ont conduit a un changement de majorité, au sein du gouvernement, entre les deux principaux partis (FBP, Parti progressiste des citoyens, et VU, Union patriotique), attribuant la majorité des sièges au FBP. Deux autres formations sont représentées au Parlement : la Liste Libre (FL) et les indépendants (DU).

publié le 30/04/2013

haut de la page